» Toute formation humaine a pour essence, et non par accident, de réfréner la jouissance ”, Jacques Lacan « Allocution sur les psychoses de l’enfant », Autres Écrits, Le Seuil, p.364.

Gabriela Pazmino

Foto del día 17-09-2015 a las 18.59 #3

La ségrégation n’est pas un phénomène nouveau, et le terme est employé couramment par rapport à ses liens avec des très diverses formes de fracture sociale. De ce fait, ce concept a tendance à se confondre avec d’autres, qui pourtant s’en déclinent. Au regard d’un certain nombre de travaux existants à ce sujet, nous proposerons un bref état de la question, permettant quelques éclaircissements.

D’autre part, nous aborderons l’articulation entre ségrégation et pratique en institution, à laquelle Lacan fait référence notamment dans son « Allocution sur les psychoses chez l’enfant » en 1967. Le dispositif institutionnel suppose, en effet, une forme de lien mais aussi une modalité particulière de séparation, prenant parfois la forme de l’exclusion.

Ainsi, le calcul de la position du psychanalyste au sein de l’institution ne va pas sans l’introduction d’un paradoxe, dont le concept de ségrégation lui-même en est porteur : un collectif qui ne serait pas ségrégatif est celui qui fait valoir les principe de « tous inégaux », propre à la régulation des liens que le langage impose.

 

Andres Borderias

A propos d’un cas :

IMG-20160503-WA0027

« Le centre dans lequel je travaillais il y a quinze ans appartenait au réseau public de la Communauté de Madrid, qui s’occupait de toxicomanes. La perspective de ce centre était mono-symptomatique. Ce qui veut dire que, ni le symptôme du sujet, ni ses actuations n’étaient situées, pas plus dans sa logique que par rapport au transfert. Elle privilégiait l’aide socio-sanitaire, la psychothérapie d’orientation et comportementale, et les traitements substitutifs. Ce centre fonctionnait sous un régime ultralibéral en relation avec des entreprises privées. Les équipes étaient souvent complètement changées. Les patients étaient considérés comme des « usagers » évaluables selon des données empiriques, avec « des objectifs thérapeutiques » susceptibles d’être immédiatement pris en charge par un autre thérapeute selon le programme type. Le psychothérapeute, dans un tel dispositif, devient un technicien spécialisé interchangeable au détriment de tout lien de transfert et sans aucune perspective sur le symptôme du sujet. Dans ces conditions, le travail d’un professionnel orienté par la psychanalyse vise à la fonction et la logique de l´usage du toxique par le parlêtre. Ce qui suppose de placer cette logique dans la perspective de la relation du parlêtre a sa jouissance, et à son symptôme. Mais ce travail vise aussi, à l’occasion, l’institution, comme Autre du sujet (…) Le temps que je suis resté dans l’institution et jusqu’au moment de mon départ, le transfert, le soutien du centre, le recours à la méthadone, et la famille, rendent son réel un peu plus supportable. Les actes suicidaires, et les excès d’intoxication plus graves ont disparu. Elle se sert de l’alcool et de la cocaïne parce que, comme elle dit, « c’est une de ces rares joies qu’elle peut me permettre » : c’est son plus de jouir…

 

%d blogueurs aiment cette page :