Lu et à lire dans Lacan Quotidien n°418, Le toxique ou le poison ? par François Ansermet : quand la parole est le pharmakon

« …tous ces poisons associés à la mort, sortes de réactifs de la mort, portent en eux des propriétés supposées pouvoir apporter aussi des  solutions possibles pour celui qui meurt. On voit là toujours à l’œuvre la logique du pharmakon, avec le double aspect de la substance quand elle est associée à la mort, à la fois cause de la mort et issue possible. »

Lire…

%d blogueurs aiment cette page :