Orphée ou Morphée ? L’analyste aux enfers

La vraie Réduction des Risques et Dommages, n’est-elle pas à mettre au compte de la psychanalyse ? À condition de savoir ce que l’on fait en s’engageant, avec de tels sujets, dans l’aventure : ne pas reculer devant la psychose (Lacan) ?

Ensemble, déconcerter le pire

C’est dans ce contexte d’égarement qu’est survenu l’effondrement, en apparence conjoncturelle – mais il n’en n’est rien – des partis de gouvernement et qu’a surgi la figure politique réactionnaire haineuse, raciste du parti de Marine Le Pen en embuscade. Dans le champ de ruine de l’ancien ordre, subitement révélé, elle peut gagner. Pourquoi serait-ce une catastrophe ? Comment l’empêcher ? C’est là qu’intervient les désormais indispensables discipline, théorie et éthique analytique. C’est ce dont nous débattrons mercredi. Venez nombreux afin, ensemble, de déconcerter le pire.

Liens sociaux toxiques : Conversation du 20 mars 2017

Avec Laure Naveau, invitée Liens sociaux toxiques : considération sur un cas d'addiction sans objet Luis Iriarte Lors de la prochaine soirée du TyA - L'Envers de Paris, nous allons examiner un cas clinique où l'addiction se présente sans un objet apparent. En 2011,...

Esclaves de la langue : conversation du 20 février 2017

À-travers la clinique et la théorie lacanienne, nous aborderons les passions qui dérivent de la prise des sujets dans la langue. La langue « fasciste », selon Barthes ! Figures de la liberté et de l’esclavage, la clinique s’avérera la politique ; et réciproquement.

Women et passions

Clinique et fiction clinique autour de la passion et des addictions, avec Mathilde Braun et Elisabetta Milan-Fournier

Traiter d’addictologie…

Si l’approche soi-disant scientifique promet sans relâche des lendemains qui chantent, comme le souligne très bien Jean-François Perdrieau, Jacqueline Janiaux montre que la psychanalyse, éjectée des manuels permet pourtant, aujourd’hui, ici et dès maintenant, une sortie des addictions effective et digne.

La haine qui irrigue ces addictions

Comment la haine de soi, en particulier du corps morcelé, est peut-être au principe desdites « addictions ». Deux situations cliniques, deux destins de la haine : la première, un long suivi qui permet au sujet de s’appuyer, bien que difficilement, sur la parole ; la deuxième, une urgence thérapeutique et de sûreté publique, qui illustre l’autoségrégation radicale du toxicomane… et de la psychose.

Consommations fortes, institutions faibles

Que se passe-t-il lorsque flambe la revendication des sujets à une jouissance toujours plus légitime, à une jouissance sur laquelle le capitalisme jette l’huile de la consommation et dont la science repousse toujours plus les limites ?

Avec les Anonymes

La montée en puissance des fraternités de recouvrance, corrélative du déclin du père et de son savoir, bouscule les cliniciens et leurs institutions. S’agit-il d’une concurrence ? Pas pour le psychanalyste dont nous aurons à distinguer la « fraternité discrète » avec celle des Anonymes.

Deux femmes et des produits

Soirée clinique spéciale : « deux femmes et des produits », en la présence exceptionnelle de Laure Naveau.

Conversation du 14 décembre 2016

Au programme ce lundi : deux textes formidables que nous aurons à commenter et discuter. Ils se répondent et s’illustrent. Il s’agira de paranoïa dans le lien social et de la sublimation induite par la conduite d’une cure chez un sujet qui s’avérera, entre autre, alcoolique.

Reprise des Conversations : 16 novembre 2015

Communiqué du TyA – Envers de Paris :

Après les attentats effroyables de vendredi, le Président de la République a parlé. Cette parole, par nature « performative » (Austin), nous place en situation de guerre. Ce sont notre sol et notre peuple qui ont été touchés : dans leur chair la plus vive, faite de jeunesse, de force et de joie, son amour de la vie et de ses plaisirs.

Introduction à l’année 2015-2016

Lors de la première de nos soirées du cycle 2015-2016 de nos Conversations Clinique et Addictions, nous examinerons quelques aspects de la notion de lien social et de ségrégation chez Lacan. Pierre Sidon et Luis Iriarte-Perez introduiront l'année à-partir d'éléments...

Dans un temps où règne l’individualisme démocratique, la solitude gagne et le lien social se délite. Individualisme et société sont-ils incompatibles ? Mais comment faire société malgré le délitement de l’idéal ? Une société peut-elle se supporter d’individus non seulement définis par leurs perversions (l’expression est de Barthes) mais appareillés chacun, désormais, avec ses prothèses, chimiques ou autres.

Crise de jouissance en couple

Richard Bonnaud Lors de cette soirée du 18 mai 2015 consacrée aux addictions, il s’agira de vous présenter une vignette clinique, celle d’un patient reçu dans une institution psychiatrique spécialisée dans les addictions. Je développerai la particularité de ce cas qui...