Article paru dans Lacan Quotidien 

Pierre Sidon

Pas que Paris sûrement, et déjà Bamako… Paris ville lumière en tout cas, Paris ville des Lumières. Et puis : « Paris capitale des abominations et de la perversion », dixit l’EI.

Dans sa Leçon inaugurale de 1977 au Collège de France (1), Roland Barthes, déployant l’articulation entre le pouvoir et la langue, plaide avec tendresse pour les perversions dans la veine freudienne de la perversion polymorphe : « autant de langages qu’il y a de désirs (…) Qu’une langue (…) n’en réprime pas une autre ; que le sujet à venir connaisse sans remords, sans refoulement, la jouissance d’avoir à sa disposition deux instances de langage, qu’il parle ceci ou cela, selon les perversions, non selon la Loi ». Ce texte somptueux résonnait des échos de la percée lacanienne de l’année 1959 où, comme l’énonçait Jacques-Alain Miller lors de la publication du Séminaire VI en 2013, il s’agissait d’un «éloge de la perversion» comme « protestation qui, au regard de la conformisation, s’élève dans la dimension du désir, en tant que le désir est rapport du sujet à son être » (2) : Paris, ville désirante.

Lire la suite sur Lacan Quotidien

%d blogueurs aiment cette page :