Temps de Pratiques Inédites, Association Cause freudienne, Lille 2015

L’ère freudienne de la civilisation comme renoncement à la pulsion est loin derrière nous. Aujourd’hui nous sommes à l’âge de la satisfaction pulsionnelle généralisée : la jouissance est     permise, promue, promise (1). Nous vivons ce que Lacan annonçait déjà dans les années 60 : la monté au Zénith de l’objet, avec les effets de ségrégation qui s’ensuivent.

Psychologues, éducateurs et autres praticiens de l’enfant et de l’adolescent rencontrent des sujets aux prises avec ce commandement surmoïque : « Jouis en illimité ! ». Un pousse à la satisfaction immédiate et prétendue totale ; souvent en court-circuitant l’Autre, conduisant des jouissances solitaires donc. Les liens sont mis à mal. Cet impératif surmoïque qui pousse vers une identification massive n’est pas l’apanage des enfants et adolescents, les adultes aussi sont logés aussi à la même enseigne : Tous consommateurs !

…Mais de quoi..? De l’objet plus-de-jouir que l’empire de la technique propose à profusion, tel que plus aucun sujet n’ait de motif pour rencontrer le manque. L’objet ainsi promu véhicule lui-même, par sa rapide obsolescence, le manque qu’il est prétendu appelé à combler. Ecrans allumés en permanence sur une infinité d’objets consommables : « liens », « amour », « amitiés », « sexe »,… ; production et généralisation de l’objet oral et de produits toxiques : l’objet, mille fois appelé dans l’espoir de la satisfaction totale, se révèle à chaque fois décevant et la pulsion reprend son tour à nouveau. Un signifiant gagne du terrain pour nommer cet assujettissement à l’objet : l’addiction. Sommes-nous Tous addicts ?

En tout cas, pour mettre au travail cette question nous la formulons ainsi: «Tous assujettis aux objets ? ».Nous pourrions déjà répondre : « Certainement, puisque tous encombrés de la jouissance ». (2). Tout au long de ce Cycle 2015, nous proposons des cas qui nous enseignent que chaque sujet doit trouver un traitement singulier s’appuyant non pas nécessairement sur le Père qui dit « non » mais sur quelque chose qui pour ce sujet-là puisse dire que non. Si nous sommes Tous aux prises avec cette jouissance impossible, que la norme échoue à traiter, nous chercherons plutôt les traces du ratage particulier à chacun et de la solution possible au un par un.

Betina Frattura et Pierre-Yves Gosset (Pour la Commission d’Organisation)
1. Jacques-Alain Miller – France Culture juillet 2010

2. Nous remercions Pierre Sidon pour l’idée du titre de ce Cycle 2015 dans la formule « Tous assujettis aux objets ? ». Aussi voir : addicta.org

 

Samedi 7 février     Hélène DELTOMBE  – Florence JEGOUSSE

Samedi 11 avril      Éric ZULIANI – Michel JEAN

Samedi 16 mai       Camilo RAMIREZ – Pierre-Yves GOSSET

Samedi 20 juin       Pierre SIDON – Céline DANLOY

 

Lieu : Maison des Associations – 72, Rue Royale – Lille

Accueil des inscrits dès 14H. Début du travail à 14H30

Renseignements : Betina FRATTURA – 06 30 43 43 99 – betina-frattura@hotmail.com

 

Association de la Cause Freudienne – ACF-CAPA – 31 rue de Chenizelles – 02000 Laon

%d blogueurs aiment cette page :