« Non, je ne fais plus de rêves de consommation : le dernier n’avait rien à voir : j’étais mordu par un crotale qui m’injectait du venin… »

Oui c’est bien un rêve de consommation. Néanmoins le passage à l’inconscient de la pulsion – le rêve, la dénégation – témoigne d’un authentique apaisement. À noter aussi l’attribution à l’Autre, sous la figure du serpent, de l’acte d’injection. C’est l’Autre qui porte la responsabilité et cela emporte des conséquences dans le maniement du transfert et dans la prise en charge.

%d blogueurs aiment cette page :